POURQUOI CONSULTER UN.E PSYCHOLOGUE ?

 

 

Un suivi psychologique s’adresse aux personnes en difficultés psychiques, relationnelles et/ou émotionnelles, mais aussi plus généralement à toute personne désirante de mieux appréhender son histoire singulière, de la mettre en sens pour elle-même, de façon à accueillir ses propres désirs et à poser ses choix.

Il peut s’agir de "vider son sac", de faire du tri dans ses ressentis, de problématiser les difficultés rencontrées, d'être accompagné.e à la traversée d'une période difficile, de tenter de mettre fin à des conduites envahissantes, de gagner en sérénité.

 

 

 Voici quelques exemples (liste non exhaustive) de difficultés que l'on peut rencontrer:

 

- Difficultés émotionnelles : timidité, stress, angoisse, tristesse et idées noires, colère débordante, incapacité à ressentir, exprimer ou à gérer ses émotions (hypersensibilités), ses besoins et ses désirs…

 

- Difficultés relationnelles :  en couple (conflits, difficultés sexuelles, crises, violences intraconjugales sexuelles, physiques ou/et psychologiques…), en famille (conflits, violences intrafamiliales, inceste…), au travail (difficultés de communication, harcèlement...) au collège/lycée (phobies scolaires, harcèlement)...

 

- Failles narcissiques : manque de confiance en soi, manque d’estime de soi, complexes envahissants, mises en échecs à répétition…

 

- Troubles des fonctions vitales : troubles du sommeil et cauchemars répétés, troubles du comportement alimentaire (anorexies, boulimies…), troubles de la sexualité (perte de désir, libido envahissante, difficultés à prendre du plaisir, vaginismes, difficultés érectiles…), troubles de l’humeur, difficultés de concentration…

 

- Évènements de vie : traumatismes (accident, abus sexuels et viols, agressions, harcèlement, etc.), rupture relationnelle, parentalité, décès, burn-out, perte d’emploi, reconversion professionnelle…

 

- Quêtes identitaires : adolescence, genre, orientation sexuelle, recherche de ses racines, mal être, pertes de sens…

 

- Maladies somatiques : annonce de diagnostic, douleurs chroniques, rechutes, maladies génétiques, appréhension du corps mis à l'épreuve de la maladie, subjectivation de l'expérience hospitalière…

 

- Difficultés diverses : phobies, obsessions, TOC, addictions…

 

- Neuroatypies : Hauts potentiels Intellectuels (HPI), Troubles du déficit ou de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA)…

 

- Troubles de la personnalité : Troubles de la personnalité borderline ou limite (TPB, TPL), Troubles bipolaires, Troubles psychotiques…

 

 

Par ailleurs, chaque grand évènement dans la vie d’un individu entraîne des bouleversements psychiques:

 

Adolescence :

L’adolescence est une période de transition, de quête identitaire, d’affirmation de soi, de prise de distance vis-à-vis de ses parents. C’est une période durant laquelle on peut se poser beaucoup de questions, connaître des conflits intrafamiliaux, de la pression scolaire, des difficultés d’attention, des troubles du sommeil ou de l’alimentation, des humeurs instables et/ou envahissantes, des conduites addictives…

Un suivi psychologique durant cette période sensible peut aider l’adolescent.e à la traverser avec plus d’apaisement.

 

Vie de couple :

Les couples peuvent rencontrer des moments difficiles : entraves à la communication, conflits répétés, jalousies envahissantes, violences conjugales, troubles de la sexualité, perte de désir, frustrations, trahisons…

Vous pouvez entamer une thérapie de couple (auprès d’un confrère ou d’une consœur : je n’en propose pas actuellement) ou un suivi individuel pour tenter de démêler les enjeux de vos difficultés.

 

Parentalité :

La parentalité vient chambouler l’équilibre des couples et des individus. Les statuts, identités et places de chacun.e bougent au sein de la famille et de la société. Cela peut entraîner questions, angoisses, culpabilité, conflits de couples, dépression post-partum, épuisement parental et sentiment d’être débordé.e, entraves émotionnelles ou à se sentir parent, difficultés relationnelles avec son enfant, sentiment d’incapacité à poser des limites, perte de patience, sentiment d’échec à l’accompagnement de son enfant dans ses propres problématiques (troubles du comportement, difficultés relationnelles, scolaires, difficultés dans la fratrie, etc.)…

Certaines parentalités sont par ailleurs rendues compliquées pour diverses raisons : infertilités et parcours PMA ou adoptions, IVG, grossesses à risque, IMG, accouchements sous X, handicaps, maladies génétiques, deuils post-natals…

Que vous soyez en projet de parentalité, en attente d’un enfant ou déjà parent, qu’il s’agisse d’un premier enfant ou pas, un suivi psychologique peut vous aider à faire cheminer vos questions, à démêler vos problématiques et à soutenir votre parentalité en construction constante.

 

Passage à la retraite :

Le passage à la retraite n’est pas un évènement anodin dans la vie d’une personne. Il s’agit d’un changement de statut porteur de représentations sociétales parfois discriminantes. Il faut trouver comment occuper son temps d’une façon nouvelle. Il est possible de ressentir durant cette période un désœuvrement, un sentiment de tristesse,  de l’anxiété ou de l’angoisse, un sentiment de vide, d’exclusion, de perte de sens…

De plus, il s’agit d’une période parfois sensible aux questions de la maladie et de la douleur physique (chronique ou aiguë), du deuil, et de toutes les questions éthiques et symboliques qui les accompagnent (autodétermination dans le choix de ses interventions médicales, transmissions, fins de vie…).

Il n’y a pas d’âge pour débuter un travail sur soi, et cette période de la vie mérite autant de prise en soin que les autres.

 

 

Ces exemples non exhaustifs viennent illustrer autant de raisons de se sentir légitime à consulter.